Au-delà de l'Arc-en-ciel


Ève ou la vie devant soi.


« Et Adam donna à sa femme le nom de Vie

parce qu'elle est la mère de tous les vivants. »

(Genèse 3.20 ~ Bible d'Alexandrie)

Ève ou la Vie devant soi ...

Un nom, un simple nom ... mais tout un programme.

Le prénom "Ève" signifie en hébreu "dispensatrice de vie".

Il est composé en hébreu de trois lettres "H V H" : He ~ Vav ~ He.

Si l'on ajoute devant la dizième lettre de l'alphabet hébreu, le "Jod", prononcé "Yod", on obtient le nom de Dieu, le tétragramme sacré : "J H V H" ou "Y H V H".

Quel sens donner à ceci ?

Le sens de la vie ...

En Exode 3.14, Dieu se révèle en ces termes à Moïse : « Je serai qui je serai » puis mentionne ensuite Son nom.

Le nom divin est difficile à traduire car il exprime une forme conjuguée du verbe ETRE.

"Y H V H" pourrait bien signifier « Il sera », car le préfixe "Yod" est la marque du futur.

L'adjonction de ce préfixe permet de passer du mot "Vie" (HVH) à « Il sera » (YHVH).

"Il sera la Vie" pourrait tout aussi bien désigner le Créateur de tous les êtres vivants, végétaux, animaux, humains.

Pour sa part, "Eve / la dispensatrice de vie" n'en demeure pas moins la mère de l'humanité.

Eve, c'est la vie devant soi !

"H V H" et "Y H V H" ont également en commun un dédoublement du "He" qui se répète dans le tétragramme divin tout comme dans le prénom de la femme.

Le double "He" de YHVH et de HVH symbolise la créativité de Dieu d'une part, et la capacité de procréation des humains, d'autre part.

Pour illustrer cette faculté donnée à l'humain de produire la vie, nous avons retenu ci-dessus une photographie qui représente la division d'une cellule ADN ...

La lettre "He", dont la valeur numérique est 5, symbolise en hébreu le souffle de vie.

C'est la lettre du cinquième jour au cours duquel Dieu crée, par Son souffle, toutes sortes d'êtres vivants avec la multiplication des espèces.

« Dieu les bénit, en disant : Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers ; et que les oiseaux multiplient sur la terre.

Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le cinquième jour. » (Genèse 1.22-23)

Mais la vie ne s'est pas arrêtée au cinquième jour car c'est au sixième jour que l'homme est créé.

Or la lettre portant la valeur numérique correspondant au 6 est le "Vav".

Ainsi, le mot hébreu "H V H" (Eve / Vie) symbolise la vie humaine encadrée par la fécondité.

La fécondité est porteuse d'espérance par l'existence.

Le verbe ETRE est au centre de notre création.

Nous avons vu ci-dessus que le nom divin "Y H V H" est une forme du verbe ETRE.

Dieu est l'Etre par excellence par sa préexistence à toutes choses

En hébreu, le substantif de l'Etre, la "Havaya", désigne autant l'existence que la Divinité.

En ôtant la syllabe du milieu, on obtient le verbe "Haya" qui signifie "VIVRE", ce qui nous renvoie au prénom "Ève / Hawwah / Vie".

"Havaya" a aussi une racine commune avec un autre mot hébreu : "Ahava".

Or, "Ahava" signifie "Amour".

Est-ce donc si étonnant que "l'Etre / Havaya" soit si proche de "l'Amour / Ahava" ?

Non, puisque « Dieu est amour. » (1 Jean 4.16 ~ Traduction Segond)

Dieu étant l'essence même de l'Amour, la création de toutes formes de vie se doit de reproduire cet Amour « à son image » pour ce qui concerne l'humanité.

Ainsi, le nom donné par Adam à sa femme, "Ève / Vie", porte en soi toute la programmation d'une vie infinie.

La vie n'est-elle pas la donnée fondamentale du plan de Dieu ?


LA GENESE : Adam et Ève
mangent du fruit défendu

Bible d'Alexandrie :

3.1 à 3.24

Or, le serpent était le plus avisé de tous les animaux sauvages qui sont sur la terre et qu'avait faits le Seigneur Dieu. Et le serpent dit à la femme :

« Pourquoi Dieu a-t-il dit : Ne mangez pas de tout arbre dans le jardin ? »

Et la femme dit au serpent : « Du fruit des arbres du jardin, nous mangeons, mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez pas, et ne le touchez pas de peur que vous ne mourriez. »

Et le serpent dit à la femme : « Vous ne mourrez pas de mort. Car Dieu savait que, le jour où vous en mangeriez, vos yeux s'ouvriraient et que vous seriez comme des dieux connaissant le bien et le mal. »

Et la femme vit que l'arbre était bon comme nourriture, beau à voir au regard et plaisant à observer ; et, prenant de son fruit, elle mangea ; et elle en donna à son mari avec elle, et ils mangèrent.

Et leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils surent qu'ils étaient nus et ils cousirent des feuilles de figuier et ils se firent des ceintures.

Et ils entendirent la voix du Seigneur Dieu qui se promenait dans le jardin l'après-midi ; et Adam et sa femme se cachèrent de la face du Seigneur Dieu au milieu des arbres du jardin.

Et le Seigneur Dieu appela Adam et lui dit : « Adam, où es-tu ? »

Et il lui dit : « J'ai entendu ta voix lorsque tu te promenais dans le jardin, j'ai eu peur parce que je suis nu, et je me suis caché. »

Et il lui dit : « Qui t'a annoncé que tu étais nu, sinon que tu as mangé du seul arbre dont je t'ai ordonné de ne pas manger ? »

Et Adam dit : « La femme que tu m'as donnée pour être avec moi, cette femme m'a donné du fruit de l'arbre et j'ai mangé. »

Et le Seigneur Dieu dit à la femme :
« Pourquoi as-tu fait cela ? »

Et la femme dit : « Le serpent m'a trompée et j'ai mangé. »

Et le Seigneur Dieu dit au serpent :
« Parce que tu as fait cela, maudit sois-tu parmi tous les bestiaux et tous les animaux sauvages de la terre. Tu marcheras sur ta poitrine et sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de ta vie. Et je mettrai une haine entre toi et la femme, entre ta semence et sa semence. Il guettera ta tête et tu guetteras son talon. »

Et à la femme il dit : « Je multiplierai et multiplierai encore tes souffrances et tes gémissements ; dans les souffrances tu enfanteras tes enfants. Et vers ton mari ira ton mouvement et lui te dominera. »

Et à Adam il dit : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé du seul arbre dont je t'ai ordonné de ne pas manger, maudite soit la terre en tes travaux. Dans les douleurs tu la mangeras tous les jours de ta vie. Elle fera lever pour toi épines et chardons et tu mangeras l'herbe des champs. A la sueur de ta face tu mangeras ton pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre d'où tu as été pris, parce que tu es terre et que tu t'en iras dans la terre. »

Et Adam donna à sa femme le nom de Vie parce qu'elle est la mère de tous les vivants.

Et le Seigneur Dieu fit pour Adam et sa femme des tuniques de peau et il les en revêtit. Et Dieu dit : « Voici, Adam est devenu comme l'un de nous pour connaître le bien et le mal ; et maintenant il ne faut pas qu'il étende la main, qu'il prenne de l'arbre de vie, qu'il en mange et vive pour toujours. »

Et il chassa Adam et l'installa en face du jardin des délices, et il plaça les chérubins et l'épée flamboyante qui tournoyait pour garder le chemin de l'arbre de vie.


< < < Retour au sommaire < < < PAGE 44 > > Page 45 : Le bien et le mal > > >