Au-delà de l'Arc-en-ciel


Un enfant avec Dieu


« Or, l'homme s'était uni à Ève, sa femme.

Elle conçut et enfanta Caïn, en disant :

" J'ai fait naître un homme, conjointement avec l'Éternel ! " »

(Genèse 4.1 ~ Traduction du rabbinat)

La nudité originelle ...


Le nom de Caïn, ou "Qayin" en hébreu, signifie "parce que j’ai acquis".

"J'ai acquis" (qanithi en hébreu) peut aussi se traduire par "j'ai fait naître" ou "j'ai procréé".

Le texte hébreu mot à mot fait peser une ambigüité du fait de sa sobriété :

« J'ai acquis un homme avec YHVH ».

La traduction du rabbinat introduit l'adverbe "conjointement" ce qui laisse supposer que la femme fit un enfant "avec" Dieu.

Pour nuancer cette approche, la traduction Segond préfère :

« J’ai formé un homme avec l’aide de l’Eternel ».

Que faut-il en penser ?

Le Dieu de la Bible ne nous a pas habitués à descendre sur terre pour s'accoupler avec des femmes.

Il diffère sur ce point fondamentalement des divinités de différentes mythologies qui se livrent à ce type de "croisements".

Héraclès, notamment, était un "demi-dieu", fils de Zeus et d'une mortelle nommée Alcmène.

Cette croyance, voire cette espérance que la femme puisse enfanter un enfant avec une divinité, n'est pas neutre.

Elle donne à l'enfant-dieu une toute autre dimension que n'importe quel fils d'homme.

Avoir un enfant exceptionnel, n'est-ce-pas le rêve de nombreux parents ?

Il semble bien que la première femme, Eve, soit à l'origine de cette fabuleuse espérance.

Certes, le Dieu de la Bible n'a nullement procréé avec Eve.

Mais cela n'empêche pas la femme de le croire ou de le laisser croire.

Il peut être intéressant d'envisager un parallèle entre Eve et Marie avec la conception virginale de l'enfant Jésus.

Mais la suite des évènements nous écarte de l'hypothèse d'une préfiguration : la vie de Jésus est bien différente de celle de Caïn.

De plus, Marie reçut la visite d'un ange venu lui annoncer cette conception par l'Esprit Saint.

Il n'y a rien de tel pour Eve.

Enfin, Eve semble se vanter d'avoir conçu un enfant avec Dieu tandis que Marie, loin de toute vantardise, est remplie d'humilité :

« Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! » (Luc 1.38)

Au travers de la naissance de Caïn, et de l'illusion semée sur son origine divine, il faut plutôt voir la naissance de "l'humanité caïnique".

L'humanité caïnique, c'est celle du droit d'aînesse où chacun ambitionne d'être le premier.

C'est le monde de l'arrivisme, du combat des chefs, un combat impitoyable qui ne trouve d'issue que dans l'élimination du concurrent, y compris son propre frère.

Etre le premier, c'est ce qui est arrivé à Caïn, le premier-né d'Eve.

Mais ce droit d'aînesse, tel qu'il s'est développé dans l'humanité, est générateur d'un orgueil que Dieu s'emploie à casser : c'est ainsi que l'aîné est, le plus souvent dans la Bible, écarté des faveurs divines.

Cela commence avec Caïn et son jeune frère Abel :

« L’Eternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande ; mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. » (Genèse 4.4-5)

La naissance de "l'humanité caïnique" va accroître la déchéance qui a déjà frappé Adam.

Le couple primitif a été chassé du jardin d'Eden, mais il demeurait encore proche de la face de Dieu.

Suffisamment proche pour que la femme puisse prétendre avoir conçu un enfant avec Dieu.

Cette hérésie sera lourde de conséquences pour l'enfant et sa descendance.

Frustré de ne pas être mieux considéré malgré sa position d'aîné, Caïn va sombrer dans la jalousie :

« Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu. » (Genèse 4.5)

Et ce venin mortel le conduira à commettre l'irréparable « car la jalousie met un homme en fureur, et il est sans pitié au jour de la vengeance ... » (Proverbes 6.34)


LA GENESE : BERECHIT

Traduction du rabbinat : 4.1 à 4.26
Or, l'homme s'était uni à Ève, sa femme. Elle conçut et enfanta Caïn, en disant : " J'ai fait naître un homme, conjointement avec l'Éternel ! "

Elle enfanta ensuite son frère, Abel. Abel devint pasteur de menu bétail, et Caïn cultiva la terre. Au bout d'un certain temps, Caïn présenta, du produit de la terre, une offrande au Seigneur ; et Abel offrit, de son côté, des premiers-nés de son bétail, de leurs parties grasses.

Le Seigneur se montra favorable à Abel et à son offrande, mais à Caïn et à son offrande il ne fut pas favorable ; Caïn en conçut un grand chagrin, et son visage fut abattu.

Le Seigneur dit à Caïn : " Pourquoi es-tu chagrin, et pourquoi ton visage est-il abattu ? Si tu t'améliores, tu pourras te relever, sinon le Péché est tapi à ta porte : il aspire à t'atteindre, mais toi, sache le dominer ! "

Caïn parla à son frère Abel ; mais il advint, comme ils étaient aux champs, que Caïn se jeta sur Abel, son frère, et le tua.

L'Éternel dit à Caïn : " Où est Abel ton frère ? "

Il répondit : " Je ne sais ; suis-je le gardien de mon frère ? "

Dieu dit: " Qu'as-tu fait ! Le cri du sang de ton frère s'élève, jusqu'à moi, de la terre. Eh bien ! tu es maudit à cause de cette terre, qui a ouvert sa bouche pour recevoir de ta main le sang de ton frère ! Lorsque tu cultiveras la terre, elle cessera de te faire part de sa fécondité ; tu seras errant et fugitif par le monde. "

Caïn dit à l'Éternel : " Mon crime est trop grand pour qu'on me supporte. Vois, tu me proscris aujourd'hui de dessus la face de la terre ; mais puis-je me dérober à ta face ? Je vais errer et fuir par le monde, mais le premier qui me trouvera me tuera. "

L'Éternel lui dit : " Aussi, quiconque tuera Caïn sera puni au septuple. "

Et l'Éternel le marqua d'un signe, pour que personne, le rencontrant, ne le frappât. Caïn se retira de devant l'Éternel, et séjourna dans le pays de Nôd, à l'orient d'Éden.

Caïn connut sa femme ; elle conçut et enfanta Hénoc. Caïn bâtissait alors une ville, qu'il désigna du nom de son fils Hénoc.

Hénoc devint père d'Iràd ; celui-ci engendra Mehouyaél, Mehouyaél qui engendra Metouchael qui engendra Lamec.

Lamec prit deux femmes, la première nommée Ada, et la seconde Cilla. Ada enfanta Jabal, souche de ceux qui habitent sous des tentes et conduisent des troupeaux. Le nom de son frère était Jubal : celui ci fut la souche de ceux qui manient la harpe et la lyre.

Cilla, de son côté, enfanta Tubalcaïn, qui façonna toute sorte d'instruments de cuivre et de fer, et qui eut pour sœur Naama.

Lamec dit à ses femmes : " Ada et Cilla, écoutez ma voix ! Femmes de Lamec, prêtez l'oreille à ma parole ! J'ai tué un homme parce qu'il m'avait frappé, Et un jeune homme à cause de ma blessure : Si Caïn doit être vengé sept fois, Lamec le sera soixante-dix-sept fois. "

Adam connut de nouveau sa femme ; elle enfanta un fils, et lui donna pour nom Seth : " Parce que Dieu m'a accordé une nouvelle postérité au lieu d'Abel, Caïn l'ayant tué. "

A Seth, lui aussi, il naquit un fils ; il lui donna pour nom Énos. Alors on commença d'invoquer le nom de l'Éternel.


< < < Retour au sommaire < < < PAGE 46 > > Page 47 : Par la foi ... > > >