Au-delà de l'Arc-en-ciel


Le livre d'Hénoc


« Hanokh va avec l’Elohîms puis il n’est plus :

Oui, Elohîms l’a pris. »

(Genèse 5.24 ~ Traduction d'André Chouraqui)

Le Saint-Esprit


« Enoch, le septième depuis Adam, a prophétisé ... » (Jude 14-15 ~ Version Segond) et ses écrits ont formé un Livre.

Mais si Hénoc vécut avant le Déluge ... comment ses écrits ont-ils pu subsister ?

Est-ce Noé qui les aurait précieusement sauvés de l'épreuve des eaux ?

De ce fait, ce Livre constituerait le texte écrit le plus ancien de la Bible ... et de l'histoire de l'humanité !

Ce n'est pas l'avis des historiens qui datent le Livre d'Enoch du troisième siècle avant Jésus-Christ.

Auquel cas Hénoc n'en serait pas l'auteur et cet ouvrage serait pseudépigraphe.

Ecarté du Tanakh (Premier Testament) par les juifs, il le sera aussi par les chrétiens au concile de Laodicée (vers 364 après Jésus-Christ).

Il demeure toutefois dans le canon biblique de l'Église éthiopienne orthodoxe.

Ainsi, le Livre d'Hénoc a connu le sort de nombreux textes mis à l'index par les églises officielles.

« Tout écrit inspiré par Elohîms est utile pour l’enseignement, pour la réfutation, pour le redressement, pour l’éducation dans la justice ... » (2 Timothée 3.16 ~ Traduction d'André Chouraqui)

Mais qui peut dire quels sont les écrits inspirés par Dieu ?

On peut être tenté de s'en tenir aux seuls textes inclus dans la Bible officielle ... mais l'histoire de l'élaboration biblique permet de s'interroger : est-ce Dieu ou les hommes qui ont décidé de fixer le canon ?

Quelques exemples permettront d'étayer la réflexion.

Au concile de Laodicée, qui écarta le Livre d'Hénoc, le Livre de l'Apocalypse était également écarté et sera reconnu comme inspiré 18 ans plus tard (décret du pape Damase en l'an 382) !

Que penser par ailleurs des Livres du Premier (Ancien) Testament appelés "Deutérocanoniques" inclus dans les bibles catholiques et orthodoxes mais écartés tardivement dans le protestantisme parce qu'ils n'étaient pas reconnus comme inspirés dans le canon hébraïque ?

C'est en effet vers l'an 100 que le synode juif de Jamnia écarta ces textes écrits en grec pour ne retenir que les textes en hébreu.

Or, si nous nous référons aux écrits du Nouveau Testament, antérieurs au synode de Jamnia, les citations extraites du Premier Testament sont celles de la traduction grecque des Septante. Ainsi, les Apôtres ne se réfèrent pas aux textes hébreux initiaux.

Qu'il est donc difficile de trancher !

Il est tellement plus simple de s'en tenir à une sélection hermétique de textes en utilisant cette traduction :

« Car toute l'Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, réfuter, redresser et apprendre à mener une vie conforme à la volonté de Dieu. » (2 Timothée 3.16 ~ Version du Semeur)

Toute l'Ecriture ... sous-entendu celle qui a été considérée comme Sainte après avoir éliminé tout ce qui ne l'était pas.

Ainsi se sont formées des divergences de recueils, de traductions, d'interprétations.

Ces différences peuvent être sources d'enrichissement par leur confrontation ... ou de déchirements lorsque les uns ou les autres n'admettent pas que l'on puisse avoir une autre approche que la leur.

Par respect pour toutes ces traductions bibliques, pour ceux qui ont contribué à cet édifice, mais aussi par respect pour ceux qui ont cru, à leur époque que tel écrit était inspiré, ne faut-il pas tout étudier ?

L'étude ne veut pas dire l'adhésion : il appartient à chacun de ressentir différemment ce qu'il reçoit.

Que celui ou celle qui considère le Livre d'Hénoc comme inspiré de Dieu soit donc accueilli avec autant d'amour que celui qui s'en tient aux écrits officiels de son église.


ENTÊTE : Enfantements

Traduction d'André Chouraqui :

5.1 à 5.32

Voici l’acte des enfantements d’Adâm : au jour où Elohîms crée Adâm, à la ressemblance d’Elohîms, il les fait.

Mâle et femelle, il les crée et les bénit. Il crie leur nom. Adâm au jour de leur création.

Adâm vit cent trente ans, fait enfanter à sa ressemblance, selon sa réplique et crie son nom, Shét. Et ce sont les jours d’Adâm après avoir fait enfanter Shét : huit cents ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours d’Adâm qu’il vécut, neuf cent trente ans, et il meurt.

Shét vit cent cinq ans et fait enfanter Enosh. Shét vit, après avoir fait enfanter Enosh, huit cent sept ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours de Shét, neuf cent douze ans, et il meurt.

Enosh vit quatre-vingt-dix ans. Il fait enfanter Qéinân. Enosh vit après avoir fait enfanter Qéinân huit cent quinze ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours d’Enosh, neuf cent cinq ans, et il meurt.

Qéinân vit soixante-dix ans. Il fait enfanter Mahalalél. Qéinân vit après avoir fait enfanter Mahalalél huit cent quarante ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours de Qéinân, neuf cent dix ans, et il meurt.

Mahalalél vit soixante-cinq ans et fait enfanter Ièrèd. Mahalalél vit, après avoir fait enfanter Ièrèd, huit cent trente ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours de Mahalalél, huit cent quatre-vingt-quinze ans, et il meurt.

Ièrèd vit cent soixante-deux ans et fait enfanter Hanokh. Ièrèd vit après avoir fait enfanter Hanokh huit cents ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours de Ièrèd, neuf cent soixante deux ans, et il meurt.

Hanokh vit soixante-cinq ans. Il fait enfanter Metoushèlah. Hanokh va avec l’Elohîms, après avoir fait enfanter Metoushèlah trois cents ans. Il fait enfanter fils et filles. Et c’est tous les jours de Hanokh, trois cent soixante-cinq ans. Hanokh va avec l’Elohîms puis il n’est plus : oui, Elohîms l’a pris.

Metoushèlah vit cent quatre-vingt-sept ans et fait enfanter Lèmèkh. Metoushèlah vit après avoir fait enfanter Lèmèkh sept cent quatre-vingt-deux ans. Il fait enfanter fils et filles. Et ce sont tous les jours de Metoushèlah, neuf cent soixante-neuf ans, et il meurt.

Lèmèkh vit cent quatre-vingt-deux ans et fait enfanter un fils. Il crie son nom, Noah, pour dire : « Celui-ci nous réconfortera de notre fait et de la peine de nos mains par la glèbe que IHVH-Adonaï a honnie. »

Lèmèkh vit après avoir fait enfanter Noah cinq cent quatre-vingt-quinze ans. Il fait enfanter fils et filles. Et c’est tous les jours de Lèmèkh, sept cent soixante-dix-sept ans, et il meurt.

Et c’est Noah âgé de cinq cents ans, Noah fait enfanter Shém, Hâm et Ièphèt.


< < < Retour au sommaire < < < PAGE 56 > > > Page 57 : Mathusalem > > >